IMG_20170325_133056

Lorsque Seb et Héléna mon offert ce dossard, avec au passage un petit « tu nous le fais en sub 5h », je peux dire qu’à ce moment je n’y croyais pas du tout ! avec à mon actif seulement 2 trails longs, la raide dingue 32km et la saintexpress 44km je n’avais aucune prétention pour réaliser un chrono. Donc après une préparation de 10 semaines avec un plan concocté par mes soins (mon premier!) je suis parti à l’assaut de mon premier Ecotrail de Paris sur la distance de 45 km.

C’est la première course que je fais seule donc j’appréhende depuis quelques jours, c’est plus fort que moi ! l’inconnue du parcours, la peur d’être seule dans le dur. Heureusement je retrouve sur le départ des filles du groupe « trail entre elles »(TEE) Nad, mag et gwen qui m’aident à me détendre. Gwen ne prend pas le départ avec nous, mais va nous suivre sur le parcours. On part avec la seconde vague, ça va vite, trop vite, je commence à avoir chaud ! j’enlève ma veste de pluie (merci météo France…), je perds les filles de vue pendant que je m’arrête pour la ranger. Seule, je reprends une allure tranquille, jusqu’au 7ème kilomètre où ça commence à bien grimper. Ça marche beaucoup, je suis le mouvement et relance en fin de montée. Sur tout le parcourt qui affiche 900D+ j’alterne marche rapide dans les montées, et je récupère dans les descentes. j’ai pris sur moi le plan de course avec le dénivelé, cela m’aide à visualiser les difficultés. j’arrive à bien gérer ma course, je mange toutes les 30 minutes une pâte de fruits ou une barre sport Gerblé. Le parcours n’a pas de grosses difficultés pour un trail il faut juste gérer son allure sur les parties de plat pour garder des forces pour les cotes qui s’enchaînent. En grimpant je double Nad des TEE, et fais quelques mètres avec Mag  qui s’arrête pour attendre son amie. Moi je  garde ce rythme de croisière qui me va bien, je ne souffre pas, je profite pleinement de ma course. Je discute avec d’autres coureurs par moments, l’ambiance est très détendu et amicale, on s’encourage les uns les autres. Très vite je me retrouve avec les mêmes coureurs,  que je vais suivre sur le reste du parcours. Les kilomètres défilent, le cadre est super, on est plusieurs à dire que l’Ile de France nous réserve bien des surprises ! Mélange de chemins larges et de sentiers étroits, qui nous font vite oublier les courtes traversées des villes où l’on doit parfois s’arrêter au feu rouge ! Vers le 18 ème kilomètres je commence à me dire que Nadia doit s’inquiéter de ne pas voir ou j’en suis, depuis le début, à part au départ de Versailles, il n’y a eu aucun point de relevé. Elle était aussi tendu que moi de me savoir seule sur cette course ( enfin seule! Tout est relatif ….).

Il faudra attendre le kilomètre 25 et le premier ravito pour trouver un point de relevé. C’est justement en arrivant dessus que j’entends crier Gwen, elle m’encourage, ça me met une super pêche pour aborder cette seconde partie de parcours. L’avantage du départ par vague et de la restriction du nombre de participants, c’est que l’on ne se marche pas dessus aux ravitos et c’est agréable. Je remplis vite mes deux flasques vident et  je mange quelques tucs (le salé passe beaucoup mieux car j’avoue commencer à avoir une overdose du sucre!) Je reprends la course après cinq minutes.

Les dix kilomètres séparant le prochain ravitaillement me semblent longs, surtout les derniers passages en plat ou faux plat. Et j’avoue être très heureuse quand j’aperçois la tour Eiffel. Ça sent la fin ! Surtout que maintenant c’est la descente qui nous attend.  Je profite de la vue que nous offre le second ravitaillement à St Cloud, pour prendre une photo avec la tour Eiffel en fond et ainsi donner des nouvelles à mon mari et Nadia. Je remplis rapidement mes flasques, mange un morceau de banane avant d’entamer ma descente vers les quais Parisiens. A ce moment je  regarde ma montre, j’en suis à 3h50 et il reste 10 kilomètres sur du plat. Je me dis que peut-être que le 5h est possible !

Ces dix derniers kilomètres ont été les plus difficiles de la course. Si jusqu’à maintenant je me baladais comme sur une sortie longue, là sur le béton je sens bien le poids des kilomètres. Pourtant je maintiens mon allure, je suis concentré, je me mets dans ma bulle pour éviter de prêter attention aux coureurs qui marchent. La surprise de fin de parcours arrive juste après un feu, on s’arrête pour laisser passer les voitures et là, une belle dernière montée nous attend à l’entrée  de Meudon. Je retrouve un des groupes que je suis depuis le début, on discute un peu, on avait les mêmes objectifs de départ viser le 5h30 et là on se dit que le moins de 5h est possible. On continue donc avec cet objectif en tête, c’est ce qui va m’aider à tenir l’allure sur cette fin de course. Au passage du marathon je me dis, M… c’est dur au point, je ne pourrais jamais le refaire dans 3 semaines…  Je  suis encouragée par d’autres coureurs que je double mais je suis concentrée, j’essaye de réguler ma vitesse. Au loin je vois un escalier, les gens  marchent pour le monter. S’en doute motivée par la fin de course,  je les monte en courant, j’ai les jambes légères d’un coup. Je  vois au loin la banderole «Arrivée». J’accélère, j’en ai encore sous le pied en fait, j’entends appeler mon nom, c’est jean Christophe (que j’ai rencontré via instagram et squad runner) qui m’encourage sur ces derniers mètres. Je passe la ligne après 4h56 de course, en me classant 22/103 de ma catégorie 50/251 femmes. De quoi être fière de moi pour ma première édition à l’ecotrail de Paris.

IMG_20170318_203028

Je récupère mon tee shirt de finisher bien mérité et après quelques échanges avec Jean Christophe, je file récupérer mes affaires pour aller me changer. Je discute avec les autres coureurs que j’ai suivi tout le long.  J’ai apprécié la douche de fin de course, le massage et le ravitaillement de la fin avec le potage, le fromage et le saucisson !

Bref vous l’aurez compris, j’ai apprécié cet ecotrail de Paris et j’y retournerai sans hésitation l’an prochain pour retrouver cette ambiance et  ce parcours qui m’a vraiment plu.

cof

 

Publicités