Les courses d’obstacles sont  très à la mode depuis quelques temps. Elles fleurissent un peu partout et attirent de plus en plus de monde, du sportif aguerri, aux personnes les moins actives. Entre Mud day, Spartan race, ToughViking, D-Day race, frappadingue….. il n’y a que l’embarras du choix et surtout pour tous les goûts.

En effet avec une course d’obstacles c’est tout un public qui va être comblé, le sportif qui veut afficher un chrono en usant de sa force, celui qui veut se prouver qu’il peut arriver à franchir les obstacles et la bande de copains qui veut passer un super moment entre amis en se roulant dans la boue. La bonne partie de rigolade assurée pour ces derniers.

J’ai participé à 2 éditions de The mud day, à Beyne (78) une course de 13 km et 22 obstacles avec la particularité pour ce terrain militaire d’être dans une cuvette, donc tu montes, tu descends….  pour ma 1ere, nous sommes partis à 4 en mode guerrier. Si tu as peur de te salir, cette course est à oublier car comme son nom l’indique il y a de la boue ! «mud Guys quel est votre metier ? LA BOUE, LA BOUE, LA BOUE !»

Tu franchis les obstacles avec les bénévoles qui te stimulent tel un sergent à l’armée 😅   Le passage des murs on m’a aidé à me propulser, les cordes je les ai lâchées, dans le master freeze (bain glacé à environ 4°c) j’ai cru mourir, mais qu’est-ce qu’on a ris. Un super moment inoubliable avec à l’arrivée la médaille, le tee shirt finisher et la mud beer bien sûr pour fêter ta victoire.

Vincent lui, a fait la Toughviking à Beyne aussi, pour cette course qui vient de Scandinavie, il faut avoir travaillé ses biceps et ses abdos pour passer les obstacles, sinon c’est burpees assuré en pénalités ! Après ces 11 km de parcours avec dès le départ le bain glacé sinon ce n’est pas drôle 😅 vous allez terminer par la rampe verticale à franchir. Son coup de gueule pour cette course «c’est quand même, certains concurrents qui préfèrent stratégiquement faire des burpees plutôt que de passer la rampe et perdre du temps !» hé oui pour certains le chrono est plus important…. au final tout le monde à sa médaille 😉 et pour 2017 vous aurez même le droit au tee shirt finisher ! Lui qui avait fait le mud day aussi, a trouvé cette course un peu plus physique.

IMG_20170413_075507

Debo quant à elle a participé à 2 éditions de la Spartan race. Au choix vous aurez pour cette course, 2 versions. La spartan sprint, 6km 20/23 obstacles, ou bien la spartan super, 13 km 25/29 obstacles.  Sa première participation fût à Jablines en Île-de-France, elle a adoré. Pour accéder à la course, tu dois monter un mur et ceux devant tout le monde ! Il faut avoir les bras, car il y a beaucoup d’obstacles se font aux bras. «Gros point positif : l’entraide entre Les concurrents, que tu sois filles ou garçons, tout le monde s’aide et s’encourage, on est tous dans la même galère». Par contre, Debo a participé à celle du Castellet «on a eu vraiment l’impression qu’ils avaient mis la barre haute, pour que cela reste LA course d’obstacles la plus dur. Pour dire que pas n’importe qui peut la faire». Malgré tout elle en garde un super souvenir puisqu’elle est prête à en découdre de nouveau avec notre groupe de copines !

Par contre, là où je dis attention, c’est sur la préparation. Il faut quand même si vous n’êtes pas sportif vous préparer un minimum, car vous vous exposez à des risques de blessure. J’en ai vu plusieurs blesser et la plupart du temps des personnes non entraînées. Attention ou vous mettez les pieds et où vous sautez, une bombe dans une flasque de boue quand on ne connaît pas la profondeur partout….

Pour le matériel, je me suis acheté une paire de chaussures de trail basique, pour ne pas glisser dans la boue et sur les obstacles. Ensuite pour le reste short, tee shirt technique, au moins ça sèche vite. Oui je sais pour ramper ce n’est pas le mieux ! Mais vous pouvez aussi opter pour les genouillères et coudières à la tortue ninja 😉

J’espère avoir répondu à la question 😉

Publicités